AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Médaille des victimes de terrorisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MEKONG
MEMBRE ****
MEMBRE ****
avatar

Nombre de messages : 5085
Age : 68
Date d'inscription : 06/02/2014

MessageSujet: Médaille des victimes de terrorisme   Lun 19 Sep - 4:46:57

Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme

On sait que François HOLLANDE, ses conseillers et son gouvernement sont des grands inventeurs de médailles et en distribuent beaucoup.
C'est politique et en tant que président et patron de l'ordre de la Légion d'Honneur il peut faire un peu ce qu'il veut dans ce domaine .


La avec cette médaille il fait fort et essuie beaucoup de critiques.


De nombreuses associations patriotiques ont formulé des réserves ainsi que certaines fédérations. Mais tenues par le devoir de réserve et par les subventions on n'en a pas beaucoup entendu parler par la presse.


Voulant attribuer la Légion d'honneur à  toutes les victimes du terrorisme, l'ancien Grand Chancelier si était opposé. On avait vu cela mal parti sous le mandat précédent et l'actuel président voulait ainsi continuer. Mais le grand nombre de victimes passées et à venir posait quand même question.


De quoi s'agit-il ?






La médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme est une décoration civile et militaire française créée par le décretno 2016-949 du 12 juillet 20161.
La médaille sera décernée de manière rétroactive à compter du 1er janvier 2006. Les premières attributions devraient intervenir à l'automne 20162

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Elle est décernée par décret du président de la République1.
Peuvent la recevoir :

  • les Français tués, blessés ou séquestrés lors d'actes terroristes commis sur le territoire national ou à l'étranger ;

  • les étrangers tués, blessés ou séquestrés lors d'actes terroristes commis sur le territoire national ou à l'étranger contre les intérêts de la République française.


La médaille est remise par le président de la République, le Premier ministre, les membres du gouvernement, le grand chancelier de la Légion d'honneur, les préfets et les ambassadeurs, ainsi que par les autorités désignées par le Premier ministre.
Elle peut être remise à titre posthume et est alors soit épinglée sur le cercueil, soit remise à la famille.
Les insignes sont offerts par l'État1.
Les faits pris en compte sont ceux postérieurs au 1er janvier 2006.
Si le président de la République François Hollande avait accordé la Légion d'honneur à titre posthume à Hervé Gourdel, guide de montagne enlevé et égorgé par un groupe islamiste en Algérie, des voix s'étaient élevées pour mettre en doute l'opportunité d'utiliser cette récompense pour faits accomplis aux victimes du terrorisme4.

Position dans l'ordre de port protocolaire des décorations françaises[modifier | modifier le code]

La médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme étant décernée par décret présidentiel - soit un acte du pouvoir exécutif qui se trouve au sommet de la hiérarchie des normes, devant les décrets ministériels - elle se porte directement après l'ordre national du Mérite, qui lui-même prend place, par ordre d'importance protocolaire, derrière : l'ordre national de la Légion d'honneur, l'ordre de la Libération, la médaille militaire2. Ce qui fait de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme la cinquième décoration la plus importante dans l'ordre de port protocolaire des décorations françaises. Elle arrive ainsi juste devant les croix de guerre (1914-19181939-1945Théâtres d'opérations extérieuresValeur militaire,médaille de la Gendarmerie nationale avec citation) qui récompensent l'octroi d'une citation par le commandement militaire pour conduite exceptionnelle ou une action d'éclat au feu ou au combat. Ces croix sont prises en compte en vue de l'obtention de l'un des deux ordres nationaux - la Légion d'honneur et du Mérite national - en qualité de « fait de guerre ».
La médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme se positionne donc aussi devant les croix et médailles qui ont la qualité de « titre de guerre » individuel en vue de l'obtention de l'un des deux ordres nationaux : la médaille de la Résistance française, la médaille des évadés, les croix du combattant volontaire.
De fait, la création de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme questionne, par exemple, l'esprit de l'Instruction générale relative à l'état civil du 11 mai 1999 (Annexe)5 qui énumère - par ordre protocolaire - les seules décorations susceptibles d'être mentionnées dans les actes d'état civil (acte de mariage, de décès…). Dans la droite ligne du décret présidentiel du 6 novembre 1920 (paru au Journal officiel de la République française du 11 novembre 1920, pages 18 026 et 18 027), cette Instruction générale relative à l'état civil marque une primauté des plus hautes décorations militaires, qui seules y figurent, avec les deux ordres nationaux. Soit : l'ordre national de la Légion d'honneur, l'ordre de la Libération, la Médaille militaire, l'ordre national du Mérite, les croix de guerre et croix de la valeur militaire, la médaille de la Résistance. En-dehors de la Légion d'honneur et de l'ordre du Mérite, il s'agit donc exclusivement de décorations ayant valeur de fait de guerre ou de titre de guerre.
Par ailleurs, la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme arrive devant les quatre ordres ministériels qui n'ont pas disparu lors de la création de l'ordre national du Mérite : ordre des Palmes académiquesordre du Mérite maritimeordre du Mérite agricoleordre des Arts et des Lettres.


L'insigne des blessés de guerre interprété sous la forme d'une médaille non officielle par la Monnaie de Paris. On remarque le module central avec son étoile rouge à cinq branches entourée de cinq pétales, graphisme qui semble avoir inspiré celui du module de la médaille de la reconnaissance nationale aux victimes du terrorisme.



La médaille des blessés de guerre telle qu'officialisée par le décret n° 2016-1130 du 17 août 2016.



Enfin, dans l'ordre protocolaire, la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme se portait - à la date de sa création - bien avant l’insigne des blessés militaires et l'insigne des blessés civils, deux distinctions françaises destinées aux militaires ou aux civils qui ont été blessés ou mutilés du fait de la guerre réglementées par la loi n° 52-1224 du 8 novembre 19526 relative à l'insigne des blessés de guerre. Ces insignes se présentaient à l'origine sous la seule forme d'un ruban de couleurs ou d'une étoile rouge ou blanche selon la nature militaire ou civile de la blessure. Il est intéressant de noter ici que la Monnaie de Paris frappait depuis plusieurs années sa propre déclinaison de l'insigne des blessés de guerre - militaire ou civil - justement sous la forme d'une médaille non officielle. Les caractéristiques esthétiques de celle-ci semblent avoir inspiré celles de la médaille de reconnaissance nationale aux victimes du terrorisme. Cette médaille non officielle était justement pourvue de cinq pétales et les lignes de force des cinq rayons de son étoile centrale peuvent être rapprochés des cinq rameaux de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme, le graphisme de cette dernière correspondant à une disposition des éléments inversée sur un axe à 180º. Pour autant, depuis le décret n° 2016-1130 du 17 août 20167 (qui abroge loi n° 52-1224 du 8 novembre 1952), l'insigne des blessés a été remplacé par la médaille des blessés de guerre, rendant ainsi définitivement non conforme la médaille frappée par la Monnaie de Paris, considérant que la description officielle de cette nouvelle décoration précise que l'étoile rouge à cinq branches au centre du module est « entourée d'une couronne mi-feuilles de chêne, mi-feuilles de laurier ». Le décret n° 2016-1130 du 17 août 2016 laisse par ailleurs la position protocolaire de cette nouvelle médaille des blessés de guerre identique à l'ancien insigne des blessés de guerre, soit loin derrière la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme, i.e. juste après la médaille de la sécurité intérieure et juste devant les médailles de l'OTAN et de l'ONU, assimilables à des décorations étrangères.

Réactions suite à la création de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme[modifier | modifier le code]

Dès l'annonce de sa création, cette nouvelle décoration officielle a essuyé des critiques.
En premier lieu, dès le 13 juillet 2016, par Bénédicte Chéron, enseignante à l'institut catholique de Paris, chercheuse à l'IRICE et spécialiste des questions relative aux armées, à la défense et aux médias. Sur son compte Twitter, elle se demande quel peut bien être « le sens d'une médaille créée pour les victimes » car, s'interroge-t-elle, « le propre de la médaille n'est-il pas de récompenser un acte ou un comportement résultant d'actions volontaires ? »8.
Une appréciation reprise et partagée par Philippe Chapleau, le journaliste du quotidien régional Ouest-France spécialiste des questions militaires et de défense et qui s'interroge sur son blog Lignes de défense sur la place prise dans la préséance des décorations françaises par cette nouvelle médaille : « C'est à dire que, selon la liste officielle, en date du 15 juillet 2010, signée par le général Jean-Louis Georgelin, ex-Grand Chancelier de la Légion d'honneur, cette médaille se place avant les Croix de guerre et la Croix de la valeur militaire. Ce qui n'a pas manqué d'interpeller certains médaillés militaires et la chercheuse Bénédicte Chéron. »9
Quelques jours plus tard, la sénatrice de l'Orne Nathalie Goulet, présidente de la commission d'enquête sur l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe, lance une pétition en ligne sur le site Change.org10 pour demander l'abrogation du décret créant cette médaille10. Elle considère en effet que cette médaille constitue « un signal déplorable donné aux terroristes car elle ancre la victime de terrorisme dans la permanence et la place dans l'ordre protocolaire avant la médaille de la Résistance ou la Croix de Guerre ». Elle estime également que cette médaille « n'est pas une manière de promouvoir notre compassion bien légitime »11,12Le 24 juillet 2016, dans son éditorial du quotidienL'Opinion, le journaliste Olivier Auguste réagit également : « Il faut essayer de ne pas réagir par réflexe, par instinct, d’éviter de se laisser entraîner dans la confusion. Cela vaut aussi bien pour les décisions symboliques que pour les mesures concrètes à prendre pour protéger la population. Le symbolique – qui a toute son importance en pareilles circonstances – c’est par exemple la création, actée au Journal officiel à la veille de l’attentat de Nice, d’une « médaille nationale de la reconnaissance aux victimes du terrorisme ». Ces victimes méritent un hommage respectueux ; ceux qui ont tenté de limiter les massacres (des forces de l’ordre au « héros au scooter » niçois) une récompense pour leur bravoure. Mais on peine à trouver le sens de décorer des personnes pour le fait d’avoir eu le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment… »13
Le 29 juillet 2016, c'est la journaliste et essayiste Natacha Polony qui s'émeut de la création de cette médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme dans Le Figaro dans une chronique intitulée « Éviter les attentats, pas décorer les victimes ! »14 : « Les Français ne veulent pas d'une médaille pour leurs morts. Ils ne veulent pas vivre dans un pays où l'on envisage de décorer leur enfant assassiné par un forcené entré en barbarie religieuse. Ils veulent qu'on décore les héros ; qu'on cesse de dénigrer le patriotisme et les valeurs civilisationnelles qui guident ces héros (…) » Avant de conclure : « Les Français ne veulent pas être des victimes décorées, mais des femmes et des hommes debout. »
Du côté des associations de victimes, les réactions paraissent elles aussi mitigées. Ainsi Emmanuel Domenach, rescapé de l'attentat du Bataclan et vice-président de l'association 13 novembre : fraternité et vérité, qui explique sur son compte Twitter : « Je ne comprends ni l'intérêt ni le symbole d'une telle démarche ? Les victimes ont besoin d'aide, pas de médaille ! » Et de poursuivre : « Qu'on décore les héros, ceux qui ont sauvé des vies au risque de perdre la leur bien sûr, mais ns simple victime quel intérêt ? »15.
Stéphane Gicquel, le secrétaire général de la fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), s'interroge également sur le sens d'une telle médaille, toujours sur Twitter : « Création d'1 médaille de reconnaissance pr victimes du terrorisme. Est ce une attente ? Est cela la reconnaissance ? »16.
Dans un article d'Angélique Négroni paru dans les éditions du Figaro du 5 septembre 201617 intitulé Attentats : la nouvelle médaille pour les victimes mal accueillie, Georges Salines, président de l'Association du 13 novembre qui fédère les personnes touchées lors des attentats parisiens, explique que cette décoration ne réponds pas à une attente des victimes : « J'ai perdu ma fille, je ne vois pas ce que peut m'apporter cette breloque. Une médaille est liée à un acte méritant, mais nous, on a subi. (…) On demande une liste des victimes, que l'on n'a pas, et que les réparations financières se fassent correctement. Voilà notre préoccupation. » Également cité, Stéphane Gicquel souligne que : « S'il doit y avoir reconnaissance de la Nation, elle doit plutôt se manifester par l'effectivité des droits des victimes. Que les indemnisations se passent sans problème, ce qui n'est pas le cas. (…) On remet une médaille de victime à des personnes avec lesquelles on travaille sur la résilience. Cela pourrait dangereusement les enfermer dans un statut de victimisation. »
Toujours dans cet article du Figaro en date du 5 septembre 2016, Pierre Saint-Macary, président de l'Union nationale des combattants (UNC), relève que la nouvelle décoration arrive en cinquième position protocolaire, « avant celle réservée aux blessés de guerre. (…) Cette décision pourrait démobiliser ceux qui s'engagent lorsque le signe de reconnaissance est moins bien placé. » Quant au général Philippe Schmitt, directeur administratif de l’UNC, il juge que « soit c’est une maladresse et il faut la corriger, soit c’est un mépris délibéré pour les combattants : il y a une différence fondamentale entre un malheureux citoyen qui se trouve au mauvais endroit au mauvais moment et un soldat appelé et qui risque sa vie pour sa Nation ». René Goujat, président de l'Union française des associations de combattants et des victimes de guerre (UFAC)18, y relève quant à lui que : « Cette médaille passe avant les croix de guerre, ces décorations pour des faits de guerre. Cet emplacement est mal vécu et je peux vous dire que cela bouge dans les rangs », en indiquant qu'il portera le dossier auprès du ministère de la Défense17.

Seule l'Association française des victimes du terrorisme (AFVT) semble avoir accueilli favorablement la création de le médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme.« L’ensemble des victimes du mois de janvier 2015 avaient été faites chevaliers de la Légion d’honneur. Des proches de victimes d’attentats précédents, qui avaient la même exigence, ne comprenaient pas pourquoi celle-ci ne pouvaient pas avoir la même reconnaissance », rappelle Guillaume Denoix de Saint Marc, son directeur général19. Et celui-ci d'expliquer : « Il fallait une décoration particulière qui honore une personne, non pas pour ce qu’elle a fait mais ce qu’elle a subi, au nom de l’État. » Le 12 septembre 2016, le directeur adjoint de l'AFVT, Stéphane Lacombe, publie quant à lui une tribune sur le site Internet de L'Obs, intitulée Une médaille pour les victimes du terrorisme : 3 (fausses) raisons de s'y opposer20. Il tente de vider de leur substance les critiques formulées à l'égard de la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme en répondant sur trois points : l'acte de bravoure ; la victimisation ; le monde combattant.

On le voit cette décoration fait beaucoup parler et écrire. Cela rien que sur WIKI..


En tant qu'ancien militaire le fait que cette médaille soit plus importante qu'une croix de guerre ne peut que choquer.


En tant que possible victime un jour ( par la perte d'un proche ) je ne voit pas en quoi une médaille décernée à un être cher pourrait calme ma rage. Décoré un bébé ou un vieillard victime de fous est aussi absurde.


Il est probable que de futurs dirigeants mettent un peu d'ordre dans ce foutoir aidés pour cela par le nouveau Grand Chancelier.
Mais rien n'est sur tant nos hommes politiques sont imperméables aux critiques et au bons sens.
Revenir en haut Aller en bas
MEKONG
MEMBRE ****
MEMBRE ****
avatar

Nombre de messages : 5085
Age : 68
Date d'inscription : 06/02/2014

MessageSujet: Re: Médaille des victimes de terrorisme   Lun 19 Sep - 4:50:12

Excusez d'avoir été un peu long, mais cela fait un moment que cette affaire me gonflait.

Je devrais pas je suis en retraite crocorire


Il me semble qu'il existe un insigne des blessés civils. Cela aurait pu suffire au lieu de créer cette ineptie.


Autre chose : comment être sur qu'un jour on ne filera pas cette médaille à un terrorisme qui n'aura pas été détecté ou à un complice.
Revenir en haut Aller en bas
MEKONG
MEMBRE ****
MEMBRE ****
avatar

Nombre de messages : 5085
Age : 68
Date d'inscription : 06/02/2014

MessageSujet: Re: Médaille des victimes de terrorisme   Mer 28 Sep - 3:09:58

Preuve que cette nouvelle médaille ne fait pas que des convertis à la politique du président.










C'est bien dommage d'en arriver là. En espérant que la sagesse reviendra.
Revenir en haut Aller en bas
DARCYY
WEBMASTER
WEBMASTER
avatar

Nombre de messages : 37009
Age : 45
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Médaille des victimes de terrorisme   Dim 27 Nov - 9:23:12

je serais curieux de savoir qui a plus conseiller de distribuer une médaille à une personne présente au mauvais endroit au mauvais moment
Revenir en haut Aller en bas
JAMES
MEMBRE ****
MEMBRE ****
avatar

Nombre de messages : 12422
Age : 56
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: Médaille des victimes de terrorisme   Dim 27 Nov - 14:34:03

curieux aussi de voir sa dogblanc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Médaille des victimes de terrorisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Médaille des victimes de terrorisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour toutes les victimes du terrorisme....
» En Prieres contre le terrorisme et pour les familles de victimes
» Pour les victimes du Var
» LA MÉDAILLE DE SAINT BENOÎT
» journée victimes de la route

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LEGION ETRANGERE :: CHANCELLERIE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: